A quel JEu voulons nous jouer? Jour1. Planète1.

Imaginez. Vous êtes un extraterrestre. Vous venez de quitter votre planète. Son écosystème détruit ne vous permettait plus d’y vivre. Vous avez eu de la chance, vous avez gagnez l’un des tickets pour les dernières fusées qui pouvaient être construites avec les rares ressources restantes. Vous avez perdu tant d’être chers durant votre vie qu’abandonner les derniers à leur sort aura été comme un adieu ultime. Chaque fusée est programmée pour rejoindre l’un des multiples systèmes solaires identifiés dans le cosmos environnant.

Le sommeil artificiel duquel vous sortez a embrumé votre conscience, heureusement, la “combinaison intelligente” que vous portez rafraîchit votre mémoire en même temps qu’elle réhydrate vos cellules. Si vous avez été réveillé, c’est que votre vaisseau a commencé le scan de la planète. Une nouvelle planète! Votre planète! Vous avez de la chance, la présence d’eau et de vie affiche de grandes taches multicolores sur le cadran du détecteur. Pffffff. Ce n’était pas gagné, aucune des fusées n’avait la garantie d’arriver sur une planète habitable. Celle-ci l’est, Wah! Vous êtes plein de gratitude devant ce nouveau coup chance. Vous pensez intérieurement: “Ouf! Mon ange gardien est toujours là”.

Un “ding” aigu vous fait quittez l’absence extatique dans laquelle vous étiez plongé. Le pilote électronique du vaisseau vient de terminer l’analyse du scan. C’est dingue, les taux de correspondance sont inouï. Votre cyber-mémoire électronique est catégorique. Cette planète accueille une vie identique à celle disparue de votre planète depuis des centaines d’années, près d’un millier si on ajoute le temps de votre voyage. L’IA qui vous assiste révèle les populations de chaque espèces reconnues et indique les capacités de communication compatibles.

Vous cliquez sur l’écran et initialisez la séquence. Vous avez choisi de rentrer en contact avec le règne nommé ARBRE. Vous êtes curieux, c’est une légende d’où vous venez. Vous avez vraiment de la chance, cette forme de vie est très accueillante. Grâce à votre télépod cérébral, vous pouvez dialoguer avec eux. Vous connectez un individu à l’interface bio-numérique, elle avait été inventée par l’un de vos illustres guides vénérés, au moment du basculement, une époque historique pour vous… C’est l’époque où les fléaux et maladies de votre écosphère étaient tels que le choix général fut prit de se lancer à la recherche des ressources spatiales aptes à maintenir votre niveau de vie. S’en suivirent de longues années de plus en plus difficile au fur et à mesure que la population vivante de votre planète s’éteignait. L’age noir lui fut attribué. C’est cela qui vous a amené là. Vous êtes peut-être la dernière graine de votre espèce encore en vie.

Vous êtes maintenant dans une clairière bordant une rivière, face à un arbre qui fait bien 10 fois votre taille. Un géant pour vous. Vous n’aviez jamais vu de rivière, l’eau était si rare que seules les archives en relataient l’existence. Comme votre appareil l’indique, le spécimen auquel vous avez branché vos câbles possèdent plusieurs consciences et mémoires interconnectées. Aucun chef à qui s’adresser… La forêt vous entend. Vous ne savez pas quoi dire. Une phrase vous vient instinctivement.

– “Comment puis-je vous aider ?

Une voix synthétique très grave résonne dans votre casque, elle parle lentement.
– Que nous voulez-vous?

Et c’est tout. Vous avez beau continuer à essayer. Le contact est maintenant coupé depuis plusieurs minutes…

Sur le rapport d’analyse, il existe une civilisation bipède assez semblable à la vôtre, 99% de votre ADN en tout cas le signale. Vous ne l’aviez pas choisi en premier lieu parce que vous saviez que ces êtres n’étaient pas toujours pacifiques. Là, un groupe se trouve à quelques kilomètres de l’endroit où votre engin s’est posé.

De chaudes larmes coulent de vos yeux, la réalité qui vous entoure semble se diluer dedans, comme dans une lampe à lave, un kaléidoscope. Cette sensation vous bouleverse. Les membres du rang de la société dont vous venez a complètement jugulé ces émotions. Jamais vous n’aviez ressenti cela auparavant. Cela vous procure une sensation agréable, sereine. Comme une douche à l’intérieur de vous, une pluie chaude. La beauté de l’événement que vous venez de vivre ou le regret de l’immense échec qui vous aura amené là. La mémoire cybernétique dont vous bénéficiez s’active, elle apprend! Cela faisait des années qu’elle ne s’était plus activée en mode [REC].

Vous vous sentez fatigué. Quelle journée! C’est comme si vous vous teniez en face d’un monde qui a 1000 ans pour vous. Votre moniteur de STAMINA a senti votre coup pompe et votre combinaison vous injecte le cocktail de molécules adéquat. Là, elle aura pris en compte quelque chose de nouveau. Au lieu de ressentir votre tonus revenir. La fatigue s’installait. Vous vous allongez. Le cocktail soporifique allait vous emporter dans le sommeil.

Le journal de votre cyber mémoire s’apprête à se mettre en veille. Demain sera un nouveau jour.

JOUR 1. PLANETE 1.

SUITE

One Comment on “A quel JEu voulons nous jouer? Jour1. Planète1.

  1. Pingback: Les rêves du futur – Made In Zion "reloaded"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *