VIDEO : Justice-Love S.O.S.

VIDEO : Justice-Love S.O.S.-WWW-Official Music Video-

Love S.O.S. (WWW), taken from the album “Woman Worldwide” available on all platforms: https://BecauseMusic.lnk.to/JusticeWomanWorldwide
Subscribe to the channel: http://bit.ly/JusticeChannel
Listen to the essentials from Justice here: https://BecauseMusic.lnk.to/JusticeEssentials

Justice : Gaspard Augé and Xavier de Rosnay
Directed by Edouard Salier
Creative director : Pascal Teixeira

Director of photography : Mattias Rudh

Actor : Joe Peltior

Produced by Iconoclast
Producers : Maeva Tenneroni & Horace de Gunzbourg
Set designers : Gael Leroux & Rudy Annese
Stylist : Edem Dossou
Stunt : Team Cauderlier
Steadycam : Loïc Andrieu
SFX Make up : Jacques-Olivier Molon
Make up : Ophélie Secq
Hair stylist : Rimi Ura
Editor : Maxime Pozzi Garcia
Colour grading : Mathieu Caplanne

Official website → https://justice.church
New Iris limited edition merch available → https://shop.justice.church/

Follow Justice:
Facebook: http://facebook.com/etjusticepourtous
Instagram: http://instagram.com/etjusticepourtous

© 2018 Ed Banger Records / Because Music
#Justice

Jour2. Planète1. Tribu1

“Je suis mon propre maître intérieur. Je suis un maître ascensionné. J’ai pleinement foi et confiance en mes capacités. Je suis un être multidimensionnel. Je suis un être souverain. Je suis un canal de lumière. Je suis énergie de la source créatrice. Je transmute toutes les basses fréquences de mon corps et de mon champs d’énergie de la manière la plus élevée pour moi-même. Je suis harmonie. Je suis équilibre. Je suis la santé parfaite dans tout mon corps, dans tous mes corps et à travers toutes les dimensions. Je sens la force de la lumière me traverser. Je suis un canal de lumière. Je suis l’amour inconditionnel à la vitesse de la pensée. Le plan divin s’accomplit à travers moi et se propage sur toute la terre. Je suis un maître de la transmutation. Je suis en sécurité. Je suis protégé. J’écoute mon intuition. J’écoute mon cœur. Je me respecte.”

Un grand feu crépite au centre du cercle formé par les bipèdes que le drone2 a suivi. Vous n’en croyez pas vos yeux. Les flammes dessinent dans l’air des arabesques qui ressemblent à des formes vivantes. Le chant de ces êtres se propage et se répète de l’un à l’autre accompagné d’un son basse fréquence provenant du groupe, qui fait vibrer, onduler leurs corps. Une danse immobile. Une vague douce et mélodieuse anime cette petite foule. Les couleurs, les sons, les formes, l’air, le feu s’animent tel un ballet merveilleux. Jamais vous n’aviez perçu une telle beauté, un tel mystère. Votre main est toujours plongée dans l’eau limpide de la rivière. Vous la voyez en transparence des images que vient de transmettre la sonde directement dans votre cortex visuel. Cette superposition vous surprend. Vous ressentez une plénitude intense parcourir votre colonne vertébrale, se diffuser à toutes les particules de votre être. Encore l’IA apprend.

Vos sens sont exacerbés par l’instant que vous venez de vivre. Ici, votre main dans l’eau. Là bas, la scène autour du feu magique. Dans votre pensée, un souvenir se projette. Vous vous voyez. Enfant timide et discret, recroquevillé près d’un mur de la grande cours rectangulaire de votre école. Le sol est de béton. De hautes grilles métalliques délimitent le périmètre. Vous avez 10 ans environ. Vous venez de vous rendre ridicule. Vous veniez de trouver le courage de vous adresser à cette fille, la plus jolie de la classe. Vous ne vous souvenez plus exactement ce que vous venez de lui dire. Être son ami. Passer du temps avec elle. Déceler chez elle une attention à votre égard. La faire sourire. N’importe quoi qui puisse vous rapprocher. Voila tout ce que votre acte signifiait en tout cas. Mais rien. Rien. Elle ne connaissait même pas votre prénom. Ou alors a-t-elle fait mine de l’avoir oublié? Sa réponse résonne dans votre tête.

– UH552179-BDJ laisse moi tranquille! Tu ne vois pas que je suis occupée?

Pop! La bulle mémorielle éclate dans votre cerveau. Avez-vous rêvé? Vous ne vous souvenez pas non plus du nom de cette fille – [REC] –

Tout d’un coup une vidéo démarre dans votre champs de vision.

C’est la rentrée dans l’atmosphère d’une capsule spatiale?! Il ne s’agit pas de votre vaisseau… Mais comment se fait-il que votre assistant cybernétique vous ai transmis ces images? Est-ce une séquence passée, est-ce que cela se passe maintenant? Votre niveau technologie n’impose plus l’usage de parachutes depuis longtemps…

Cette planète vous surprend vraiment. Votre curiosité est comme une lame portée au rouge vif. Les drones d’exploration du grand amas rose n’ont toujours pas atteint leur objectif.

Il faut que vous en sachiez plus sur cette tribu.

SUITE

Jour2.2. Planète1.

Un trait jaune et pourpre se projette à l’intérieur de votre vaisseau. Le jour se lève enfin. Votre visage et votre combinaison se retrouvent baignés de lumière. Vous attendez un instant. Les voyants sur votre manche sont restés au vert. Finalement pas d’autre injection. Votre métabolisme est stable. Tant mieux. Le shoot que vous avez reçu au milieu de la nuit vous laisse un souvenir désagréable. Il devait s’agir d’une dose spéciale. Une sorte de vaccin costaud prévu pour vous protéger contre les attaques virales et microbiennes. C’est surprenant, avec tous les vaccins que vous aviez déjà reçu, vous pensiez être immunisé contre tout. Votre seconde peau a du détecter de nouveaux pathogènes ici. Vous n’êtes pas un spécialiste. D’ailleurs plus personne n’était spécialiste de quoi de ce soit, l’intelligence artificielle était la seule à vraiment comprendre. Vous avez pris l’habitude de la laisser prendre ses décisions.

A l’écran justement, le cyber cerveau indique le parcours du drone que vous aviez programmé avant de vous assoupir. Il est actuellement à environ 15 km de votre position. Il a suivi la petite tache rose et envoi son signal jusqu’au pupitre de commande. Les caméras de l’engin ont filmé sa progression au travers la forêt. Vous touchez la vignette. Le flux vidéo s’ouvre en grande fenêtre. Vous avez du mal a en croire vos yeux. Vous distinguez à l’image plusieurs individus. Votre main dilate et zoom sur l’un d’entre eux. Il vous semble qu’il collecte quelque chose dans un grand sac placé en bandoulière. Il n’a pas de combinaison. Il porte des étoffes colorées autour de son torse et de ses jambes. Il est pied nu, est grand et mince. Sa démarche est souple. Vous observez ses agissements. A chaque arrêt, vous le voyez cueillir des plantes et les placer dans le sac qui pend le long de sa jambe.

Vous n’avez pas envie de démarrer la séquence CONTACT. Autant rester discret. Le drone miniature n’a pas été repéré. Il n’indique aucun signe de danger. Autant laisser le drone continuer à suivre ce groupe pour en découvrir plus sur leur mœurs. Suite à cette décision, vous sélectionnez vos autres mini mouchards et leur ordonnez de prendre la direction de différents amas rose. L’une de ces zones habitées fait plusieurs kilomètres de diamètre. Elle comporte très peu de vert, la couleur attribuée aux arbres. Le marron indique quand même la présence de végétaux. Beaucoup de gris lézarde la zone. C’est la signature d’étendues minérales. A quoi peut bien ressembler ce lieu qui attire une telle population? A la distance où se trouve cette forme si particulière, vous estimez qu’il faudra plusieurs heures pour que vos drones s’y rendent.

Tiens votre combinaison vibre. Elle vous signale l’approche d’un quadrupède en direction de votre emplacement. Parmi la multitude de formes de vies qui vous entourent, la majorité sont des arbres. Vous aviez bien remarqué sur la carte millimétrique que d’autres nuances apparaissaient. Il est temps de consulter le bestiaire que les capteurs ont distingué. Jusqu’à présent vous aviez laissé vos doigts jouer sur l’écran. Mais vu la quantité et la diversité des signaux environnant, il est préférable que vous activiez l’interface neurale. Vous serrez vos bras le long de votre corps. Par ce simple geste, l’IA interprète votre souhait. Vos pensées deviennent ce qui contrôle le système.

Un nouveau drone se détache. Il se place à la hauteur qu’auraient vos yeux si vous étiez dehors. La vidéo qu’il émet se superpose à votre vision. Le rendu est impeccable. Vous avez l’impression de devenir le drone. Vous vous déplacez tout en restant assis. Quelle merveille! La clairière, la rivière, l’arbre que vous avez rencontré hier sont devant vous à nouveau. Cette fois, tout un tas de petites étoiles s’ajoutent à la scène. Vous en voyez dans les branches, dans l’herbe et même dans l’eau. Ce sont des marqueurs de vie. C’est un crépitement intense qui s’ajoute à votre conscience. Jamais vous n’aviez vu autant de chose sur une seule image. Sur votre planète, il vous arrivait bien d’utiliser ce même dispositif. A part quelques marques de ci de là, la vie était si rare que cette vision augmenté ne procurait que la liberté de pouvoir voler au milieu de paysages mornes et fades.

Vous voila nez à nez avec l’intrus. C’est bien un quadrupède. Il se tient à quelques mètres du drone. Sorti du bois. Figé. Il flaire. Il regarde dans votre direction. Peut-être a-t-il repéré le drone? Vous en profitez pour demander une reconnaissance de l’animal. 97% de correspondance avec ce que vos archives nomment CERF. Celui qui se tient là possède d’immenses cornes, ou plutôt “bois” comme le note l’IA sur sa fiche descriptive. Cette espèce a disparu de votre écosystème il y a des lustres. L’exploitation des arbres et des forêts ainsi que les défenses des zones de culture auront conduit à son extinction. Vous êtes tout éberlué. La vie ici a pris un chemin semblable aux schémas évolutif que votre monde a connu. Vous n’avez pas le temps de penser plus loin. L’animal sûrement dérangé par votre présence vient de s’enfuir. Sa course est majestueuse. Dommage de ne voir ça que sur un écran.

La porte de votre astro fusée s’ouvre. Un courant d’air frais entre dans l’habitacle. La composition de l’atmosphère est respirable pour vous. Azote. Oxygène. OK. Imaginez que vous soyez arrivé sur une planète impossible à respirer. Vous êtes heureux de ne pas devoir porter de masque. Régulièrement, des pollutions et des invasions microbiennes portées par les particules vous obligeaient à tous de vivre constamment avec un filtre respirateur. Ici, ce n’est pas la peine… Quelle chance! Vous en profitez pour humer l’air à grand poumon. Un délicieux parfum vous enivre. Cet élixir vous réjouit. Devant vous la NATURE est là. Encore intacte.

Vous vous approchez de l’eau. Grâce aux capacités de recyclage de votre costume, votre hydratation est maintenue constante. Il suffisait d’opérer une recharge toutes les semaines pour récupérer les molécules qui s’était évaporées. L’eau indispensable à la vie était devenu si rare qu’elle était extraite de l’air en haute altitude. Il était fréquent que le prix de cet or bleu flambe. Surtout lors de période de canicule. Ceux qui n’avaient pas les moyens de s’en procurer savaient qu’ils ne tiendraient pas jusqu’à la prochaine recharge. On les retrouvait gisant à même le sol, défenestrés ou résignés. Vous plongez la main dans le flux limpide de ce liquide que vous n’aviez jamais touché. La sensation est indicible. Vous voila éclaboussé par les gouttes jaillissantes du barrage qui force le flot à trouver son chemin.

Une immense jouissance vous envahit.

SUITE

Jour2. Planete1.

Vous ouvrez les yeux. Il fait nuit. Vous ne reconnaissez pas grand chose dans la pénombre. Encore allongé, votre mémoire tente de vous rappeler ce que vous faites ici. Rien à faire. Vous regardez autour de vous, rien de familier. Vous êtes seul. Des parois métalliques recouvertes de plastique par endroit se dressent dans toutes les directions où votre regard se porte. On dirait que vous êtes dans une sorte de grand sarcophage. Votre combinaison a mis quelques minutes avant d’entamer sa séquence EVEIL. Désormais fonctionnelle, vous sentez l’aiguille de l’intraveineuse vous percer la peau. Un grand flash suivi d’une série de contractions musculaires vous tétanise sur place.

Vous n’avez aucune idée de l’heure. Cela n’arrive jamais que vous vous réveilliez en pleine nuit. Pourquoi votre combinaison s’est-elle activée? Que lui a-t-il prit de vous injecter un cocktail matinal aussi violent? Votre cyber mémoire est maintenant accessible. Le clignotement des diodes sur votre manche est passé de l’orange au vert continu. Cinq. Vos cinq sens sont maintenant synchronisés avec la machine. Un petit écran apparaît sur le coté gauche de votre champs de vision. Vous vous souvenez. Vous êtes arrivé hier. Enfin, comme le jour n’est pas encore levé, vous comprenez que le calculateur du vaisseau n’a pas encore calibré son horloge.

Le sas latéral de votre couchette coulisse dévoilant l’intérieur de votre vaisseau. Vous posez un pied sur le sol métallique, immédiatement les barres lumineuses verticales placées à chaque coin s’allument. Après que vos yeux ai fini de s’adapter à cette lumière vive, vous vous dirigez vers le tableau de bord. Le scan indique sa progression. Les drones autonomes se sont détachés automatiquement de la carlingue de votre navire quand vous vous êtes posé. Ils transmettent à l’intelligence centrale le résultat de leur exploration. Une carte détaillées au millimètre se superpose en filigrane aux taches colorées des formes de vie répertoriées. On dirait un arc en ciel qu’on aurait placé dans un shaker.

Vous repensez à cet arbre. La voix qui avait répondu, le silence. Pourquoi donc cette espèce, pourtant pacifique, n’avait pas souhaité dialoguer avec vous? D’un simple geste de votre main droite, votre combinaison se met à projeter dans l’écran calé au coin votre regard les images de votre premier contact. Vous n’arrivez pas à comprendre. Peut-être que le télépod a fait une erreur? Vous vous dites.

– Bordel. Ce serait bien ma veine que toute cette technologie de pointe tombe en rade.

Il n’y a aucune raison. Les progrès scientifiques qui vous ont permis de poser le pied sur cette planète sont bien réels. Vous êtes un être augmenté. L’immense base de connaissance accumulée aura pu guider les pas de votre civilisation vers une telle technicité que les implants cybernétiques étaient plus robustes que leur équivalent biologique. L’abandon de la reproduction sexuée a optimisé l’évolution de votre espèce. La combinaison que vous portez a grandi avec vous. Vous avez été conçu à l’intérieur. Elle porte un matricule unique, son IA désormais déconnectée de la matrice logicielle centrale a copié toutes les informations utiles à votre exploration. Non il n’y a rien à craindre de ce côté là, vous êtes blindé et tous les systèmes adaptatifs sont fonctionnels à 100%. A la suite de votre introspection, voici ce qui vous parait le plus probable : “Cet arbre devait être de mauvaise humeur”.

Votre doigt effleure la console tactile. Une série d’options se proposent à vous. Ce que vous cherchez n’est plus là. Où se trouve le groupe de bipèdes qui avait été détecté hier? Les drones auraient du tomber dessus. Pourquoi n’y a-t-il plus rien à l’écran? Il doit s’agir de nomades. Dans votre monde, il y a bien longtemps que vous n’avez plus la liberté de vous déplacer comme bon vous semble. Les mesures de techno assistance des individus attribuaient à chacun un parcours optimisé par rapport à l’activité et la classe du citoyen. Et puis de toute façon où aller? Les zones qui se trouvaient en dehors de votre périmètre étaient pour la plupart désertiques et inhospitalières. Bien sûr certains racontaient des histoires. Vous vous souvenez de la légende des tribus libres. Soit disant capable de vivre sans combinaison dans les pires conditions, il n’y avait que les anciens qui en parlaient. Tout le monde savait qu’ils étaient fous.

Vous décidez de prendre le contrôle direct d’un drone. A la vitesse à laquelle ils avancent sur la découverte des environs, vous en avez pour des plombes. En vous servant du scan de votre premier survol planétaire, vous essayez d’identifier où se trouvent les autres taches roses qui y figurent. La carte qui se dessine devant vos yeux est immense, vous la faites glisser dans plusieurs directions. Formel. Cette population de bipèdes est répartie un peu partout. Parfois elle forme de grands cercles et d’autres fois de petites taches. Vous décidez de commencer par les plus petits groupes. D’un appui prolongé sur l’icône du drone 2, celui-ci se met à votre service. Vous glissez votre doigt jusqu’au point rose le plus proche et choisissez le mode surveillance. Au moins, ceux là ne vous échapperont plus.

Vous ressentez un léger étourdissement. Ce n’est pas dans vos habitudes. Pas le moment d’aller dehors. Vous décidez d’attendre que le jour se lève. De toute façon l’horloge se calera bientôt sur le cycle de votre nouvelle planète. Vous vous sentez seul. Vous aviez bien quelques amis avant de partir. Une amie même qui vous faisait vous sentir bien à chaque fois que vous passiez du temps avec elle. Une larme coule sur votre joue. Ça recommence. L’IA apprend. Une lourdeur s’installe entre vos deux épaules. Un poids semble s’être installé au centre de votre thorax. Quelle drôle de sensation. Le visage souriant de votre amie s’imagine dans votre tête. Vous vous calez dans le fauteuil et fermez les yeux. Il est temps de laisser se finir la nuit.

Au petit jour, vous prendrez la direction de cette tribu bipède.

SUITE

A quel JEu voulons nous jouer? Jour1. Planète1.

Imaginez. Vous êtes un extraterrestre. Vous venez de quitter votre planète. Son écosystème détruit ne vous permettait plus d’y vivre. Vous avez eu de la chance, vous avez gagnez l’un des tickets pour les dernières fusées qui pouvaient être construites avec les rares ressources restantes. Vous avez perdu tant d’être chers durant votre vie qu’abandonner les derniers à leur sort aura été comme un adieu ultime. Chaque fusée est programmée pour rejoindre l’un des multiples systèmes solaires identifiés dans le cosmos environnant.

Le sommeil artificiel duquel vous sortez a embrumé votre conscience, heureusement, la “combinaison intelligente” que vous portez rafraîchit votre mémoire en même temps qu’elle réhydrate vos cellules. Si vous avez été réveillé, c’est que votre vaisseau a commencé le scan de la planète. Une nouvelle planète! Votre planète! Vous avez de la chance, la présence d’eau et de vie affiche de grandes taches multicolores sur le cadran du détecteur. Pffffff. Ce n’était pas gagné, aucune des fusées n’avait la garantie d’arriver sur une planète habitable. Celle-ci l’est, Wah! Vous êtes plein de gratitude devant ce nouveau coup chance. Vous pensez intérieurement: “Ouf! Mon ange gardien est toujours là”.

Un “ding” aigu vous fait quittez l’absence extatique dans laquelle vous étiez plongé. Le pilote électronique du vaisseau vient de terminer l’analyse du scan. C’est dingue, les taux de correspondance sont inouï. Votre cyber-mémoire électronique est catégorique. Cette planète accueille une vie identique à celle disparue de votre planète depuis des centaines d’années, près d’un millier si on ajoute le temps de votre voyage. L’IA qui vous assiste révèle les populations de chaque espèces reconnues et indique les capacités de communication compatibles.

Vous cliquez sur l’écran et initialisez la séquence. Vous avez choisi de rentrer en contact avec le règne nommé ARBRE. Vous êtes curieux, c’est une légende d’où vous venez. Vous avez vraiment de la chance, cette forme de vie est très accueillante. Grâce à votre télépod cérébral, vous pouvez dialoguer avec eux. Vous connectez un individu à l’interface bio-numérique, elle avait été inventée par l’un de vos illustres guides vénérés, au moment du basculement, une époque historique pour vous… C’est l’époque où les fléaux et maladies de votre écosphère étaient tels que le choix général fut prit de se lancer à la recherche des ressources spatiales aptes à maintenir votre niveau de vie. S’en suivirent de longues années de plus en plus difficile au fur et à mesure que la population vivante de votre planète s’éteignait. L’age noir lui fut attribué. C’est cela qui vous a amené là. Vous êtes peut-être la dernière graine de votre espèce encore en vie.

Vous êtes maintenant dans une clairière bordant une rivière, face à un arbre qui fait bien 10 fois votre taille. Un géant pour vous. Vous n’aviez jamais vu de rivière, l’eau était si rare que seules les archives en relataient l’existence. Comme votre appareil l’indique, le spécimen auquel vous avez branché vos câbles possèdent plusieurs consciences et mémoires interconnectées. Aucun chef à qui s’adresser… La forêt vous entend. Vous ne savez pas quoi dire. Une phrase vous vient instinctivement.

– “Comment puis-je vous aider ?

Une voix synthétique très grave résonne dans votre casque, elle parle lentement.
– Que nous voulez-vous?

Et c’est tout. Vous avez beau continuer à essayer. Le contact est maintenant coupé depuis plusieurs minutes…

Sur le rapport d’analyse, il existe une civilisation bipède assez semblable à la vôtre, 99% de votre ADN en tout cas le signale. Vous ne l’aviez pas choisi en premier lieu parce que vous saviez que ces êtres n’étaient pas toujours pacifiques. Là, un groupe se trouve à quelques kilomètres de l’endroit où votre engin s’est posé.

De chaudes larmes coulent de vos yeux, la réalité qui vous entoure semble se diluer dedans, comme dans une lampe à lave, un kaléidoscope. Cette sensation vous bouleverse. Les membres du rang de la société dont vous venez a complètement jugulé ces émotions. Jamais vous n’aviez ressenti cela auparavant. Cela vous procure une sensation agréable, sereine. Comme une douche à l’intérieur de vous, une pluie chaude. La beauté de l’événement que vous venez de vivre ou le regret de l’immense échec qui vous aura amené là. La mémoire cybernétique dont vous bénéficiez s’active, elle apprend! Cela faisait des années qu’elle ne s’était plus activée en mode [REC].

Vous vous sentez fatigué. Quelle journée! C’est comme si vous vous teniez en face d’un monde qui a 1000 ans pour vous. Votre moniteur de STAMINA a senti votre coup pompe et votre combinaison vous injecte le cocktail de molécules adéquat. Là, elle aura pris en compte quelque chose de nouveau. Au lieu de ressentir votre tonus revenir. La fatigue s’installait. Vous vous allongez. Le cocktail soporifique allait vous emporter dans le sommeil.

Le journal de votre cyber mémoire s’apprête à se mettre en veille. Demain sera un nouveau jour.

JOUR 1. PLANETE 1.

SUITE

VIDEO : Grainetoile-LA CORONA-clip officiel-

VIDEO : Grainetoile-LA CORONA-clip officiel-

Nous avons le grand plaisir de vous présenter:

!! LA CORONA !! De
Grainétoile
Et les p’tits sauvages.

A partager un maximum et n’hésitez pas à vous abonner pour voir les prochaines sorties, merci pour votre soutien 🙂

Camille Goënvic : paroles, composition, chant, accordéon

Jef MATTHYS : Guitare

Damien PAPIN : Contrebasse

Sara EVANS : Harpe

Guillaume BRIC : Batterie

Morgane FRANCOIS : Violon

Un grand merci à toutes celles et ceux qui ont permis le partage de cette chanson :

Merci à “La Source” pour m’avoir traversée lors du 1er confinement L’AMOUR EST LIBRE!

A Jef pour pour son élan et l’enregistrement de grace!

A tous les Musicien/nes pour leurs énèrgies et épices

A Onde Productions pour son accompagnement et diffusion,

A TOUS LES AMI.ES QUI SONT VENUS JOUER, DANSER ET CÉLÉBRER POUR L’OCCASION DE CE CLIP EN PUR MOMENT DE JOIE !

A Loic pour les drapeaux Arc en ciel ! Qui nous manquent de voir flotter au vent dans nos Festivals!

Aux frangins pour la mission bois

Aux frangines pour l’autel aux éléments et directions.

A Nochenka pour son accueil dans ce lieu magique Manaska pour le trournage,

A Coyotte pour le soin au feu, les enfants et la famille !

Soutenez votre longueur d’Onde en faisant un don sur Tipeee: https://fr.tipeee.com/ondeproductions
Réalisé par Onde Productions
Enregistrement/mix/master: Jef MATTHYS

Réalisation vidéo: Brian MATHIS

Nos réseaux sociaux:
Facebook: https://www.facebook.com/Ondeproductions
Instagram: https://www.instagram.com/ondeproductions/

tags (ignore):
#musiquecoronavirus é éariège ègemusique ège musique actualité covid corona virus 2021 Ariège ariege heureux chanson positive

Jardin foret en Permaculture. Que faire en avril.

Jardin foret en Permaculture. Que faire en avril.

Pour me soutenir, suivez ce lien : https://fr.tipeee.com/le-jardin-d-emerveille
Encore un mois bien rempli, au sommaire de cette vidéo :
0:40 Les semis en avril
1:45 Repiquage/rempotage
2:18 Attention aux gelées
3:08 Préparer les zones de culture pour les potagères d’été
6:35 Durcir vos plantes.
7:58 Plantations et tests de pommes de terre
9:37 Planter les griffes d’asperges.
10:05 On peut aussi récolter et replanter nos topinambours
10:25 Diviser les artichauts
11:09 Récupérer l’azote là où il y en a. Le désherbage des petits fruits et autres
13:54 De l’azote encore plus vite : les purins d’herbe
15:42 Une dernière méthode : pourquoi pas aider les voisins à nettoyer leur poulailler pour récupérer du guano.
16:46 Surveiller les boutures
18:45 Surveiller les greffes
19:51 Tailler pruniers et cerisiers
20:01 Planter des arbres et autres plantes
21:46 Faire le tour des arbres plantés l’année passée
23:58 Compléter les guildes
26:17 Pas mal de plantes qui étaient en haute protection hivernale passent en basse protection.
28:54 Gérer les arrosages

Merci à vous tous les permapotes d’avoir regardé cette vidéo. 🙂
Cliquez sur ce lien pour vous abonner :
https://www.youtube.com/channel/UC9Q8WeyCb3yxySC3P3mGpBw

Les Gammes Naturelles-La Construction de l Harmonie #1

Les Gammes Naturelles-La Construction de l Harmonie #1

Dans cet épisode, on s’intéressera aux fondements mathématiques de l’harmonie musicale. Pourquoi certaines notes sonnent-elles bien entre elles alors que d’autres non ? Comment construire des ensembles de notes en harmonie les unes avec les autres ? Des questions auxquelles des mathématiciens (oui, des mathématiciens !) ont apporté des réponses depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Alors partons à la rencontre de Pythagore, Zarlino, Mersenne, Leibniz et Euler, avec ce qu’ils ont à nous raconter sur la musique.

D’autres vidéos faites par les vidéastes à l’occasion de la semaine des mathématiques :
Dr. Apeiron : https://www.youtube.com/watch?v=Kk-K_OqJCcQ
Automaths : https://www.youtube.com/watch?v=Kcf9QMloZP4
Professeur Culture Précieuse : https://www.youtube.com/watch?v=BW79Zp6CaDU
Michaël Launay : https://www.youtube.com/watch?v=HuCWezjtvHQ

Plan :
• Introduction – 00:00
• Partie 1 – Qu’est-ce qu’une Note ? – 00:52
• Le son, un signal – 00:56
• Les Paramètres d’une Note – 03:13
• La Fréquence – 03:32
• L’Amplitude – 05:42
• Le Timbre – 06:22
• Les Autres – 07:07
• Partie 2 – Les Intervalles Naturels – 07:48
• Les Intervalles de base – 07:52
• L’Octave – 07:58
• La Quinte Juste – 09:47
• Un rythme à l’échelle microscopique – 11:37
• Superposer les Intervalles – 13:14
• La Quarte Juste – 14:52
• Partie 3 – Les Gammes Naturelles – 16:46
• La Gamme Pythagoricienne -17:11
• La Gamme de Zarlino – 21:51
• Les problèmes de la transposition – 26:53
• Conclusion – 32:33

Saga :
La Construction de l’Harmonie – https://www.youtube.com/watch?v=qWPc9Hn40ZA&list=PLacM0Zt-xDDaMlUZ-GCvIHp0NPFSasZXi
Épisode Suivant : Temparément Égal versus Intonation Juste : https://youtu.be/8AsiCI4IRds

Références :
• W. A. Matthieu – Harmonic Experience : Tonal Harmony from Its Natural Origins to Its Modern Expression

Twitter : https://twitter.com/Quadriviuum
Facebook : https://www.facebook.com/quadriviuum.tremens.1

#QuadriviuumTremens

Balade plantes sauvages comestibles debut de printemps

Balade plantes sauvages comestibles debut de printemps

Balade à la découverte des plantes sauvages comestibles en début de printemps : Je vous présente plusieurs plantes dans leur milieu avec leurs utilisations.

Petite correction : à la minute 3:55 il ne s’agit pas de feuilles de grand plantain mais de plantain moyen.

Vous trouvez plus de détails sur chaque plante sur https://plantes-sauvages-comestibles.com

Je vous offre gratuitement mon livret “Les 10 recettes indispensables pour cuisiner les plantes sauvages”. 🙂 Cliquez ici pour le demander : https://plantes-sauvages-comestibles.com/livret-offert-les-10-recettes-indispensables-pour-cuisiner-les-plantes-sauvages/

Bonne cueillette !