Humano Terra

Pendant des millénaires la terre était sacrale, et donc inappropriable. Il faut rappeler que la racine indo-européenne fondamentale et primordiale du sacral, le sc, le ske, signifie inappropriable, intouchable, non monnayable.

Donc, ce qui fonde l’humus primordial, c’est notre sacralité, c’est cette communauté primordiale, cette communauté organique comme nous la trouvons chez les sioux, chez les cheyennes, comme nous la trouvons chez les germains, comme nous la trouvons chez tous les peuples de la terre avant le néolithique. La terre ne se vend pas, la terre ne s’achète pas, elle est notre sacralité. Les hommes sur cette terre communient et produisent ensemble.

Pour que, un jour, les gens soient chassés de ces terres et dans la modernité aillent dans des usines, il faut savoir que, par exemple en Angleterre sous Henri VIII il y a eu une déportation massive : l’armée rentrait sur les territoires communaux, qui appartenaient à la communauté, on produisait une dynamique qui s’appelait la dynamique des enclosures, on enfermait les communaux pour y mettre des moutons qui allaient travailler la laine pour l’industrie et on dégageait tous les paysans. L’idée qu’un jour un paysan dit à sa femme « la terre est moche mais l’usine est belle, nous allons partir à la ville » n’a jamais eu lieu. Ils sont partis parce qu’on les a exproprier de leur terre commune. Mais en les expropriant de leur terre commune on ne les a pas simplement exproprié d’une matérialité spatiale, on les a exproprié d’une communion transcendantale. Et, là, la grande misère civilisationnelle du temps contemporain s’est accélérée.

(Francis Cousin)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *